LE FORUM NE SERA PLUS ADMINISTRE. Tous les membres demeurent libres d'y RP s'ils en ont envie, et ce sans aucune limite. Merci à tous =)

Partagez|

Retour interdit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Cocoon



Originaire depuis le : 18/12/2018
Récits contés : 3

MessageSujet: Retour interdit   Retour interdit EmptyMar 18 Déc - 20:51


Retour interdit
Morgana

Drosera l'avait anéantit. Morgana quitta la capitale Alfar où elle pensait évoluer, pour retourner dans les plaines d'un continent qu'elle connaissait bien. Jusqu'au bout son peuple la rejeta, décidant pour elle qu'elle n'était pas le bienvenue dans quelques appartements. Même le plus bas quartier du plus bas plateau n'en voulait pas. Elle lui ressemblait trop, à cette mère infâme et pourchassée. Cette génitrice que certaines forces avaient poussé au suicide tant elle était manipulable et influençable. Morgana refusait tout cela. Elle haïssait le fait d'être comme cette femme.

Elle crut alors bon de rentrer chez son père adoptif. Elle ne lui avait tenu compagnie qu'une dizaine d'années, tout au plus, mais c'était là-bas qu'elle se sentait le plus chez elle. Auprès de lui et de sa petite sœur.
La magnifique Elfe des ténèbres prit une chambre dans un hôtel de Mégido, préparant ses habits et se reposant du long  et pénible voyage. Son souhait était d'être la plus présentable possible, avec la prétention qu'il ne la reconnaisse pas. Elle savait ne pas y arriver car Cocoon avait bonne mémoire mais elle aimait avoir cet effet de surprise sur celui qui était allé la chercher en haut des montagnes.

Alors une fois la nuit tombée, elle se rendit au palais. Une robe corsetée de couleur améthyste, laissant ses bras et ses épaules nues, révélait ses formes. La partie un peu plus bouffante au niveau des hanches et ce, jusqu'au pied, soulignait sa silhouette majestueuse. Elle était moins grande que la moyenne mais cela n'enlevait rien à sa superbe. La brise citadine, tiède et sèche, vint faire virevolter quelques mèches de cheveux brun, accrochés de manière sophistiquée.
Il n'y avait plus personne à l'accueil, seulement des gardes devant l'escalier menant à l'étage. Si Morgana s'annonça, elle n'eut pas à patienter longtemps. Ses pas résonnaient dans l'escalier et elle se retrouver à ouvrir la porte des appartements de son père, en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire. A première vue rien n'avait changé. Les quelques bougies allumés montraient un reflet sombre de chaque meuble et tapisserie. En face de la porte d'entrée se trouvait la double-fenêtre donnant sur le balcon à balustrade contre laquelle le Titan était accoudé. Peut-être regardait-il la lune ou les étoiles ?

L'Alfar s'approcha, d'un pas élégant et léger, sa lourde robe frottant silencieusement les tapis. Lorsqu'elle fut à quelques centimètres de l'embrasure de la porte, elle sentit le froid morbide, presque glacial, de cette nuit. Le petit bruit qu'elle émit sortit Cocoon de ses pensées, si bien qu'il jeta un coup d'oeil derrière lui, avant de se retourner doucement mais complètement. Ses yeux se posèrent alors sur la silhouette élancée et pulpeuse de la jeune femme. En une enjambée il fut sur elle, attrapant sa taille, le regard troublé et soucieux
    « Sva... »
Mais il ne finit pas. Son bras se détendit alors qu'il se rattrapa.
    « Morgana. » - « Cocoon. »
Cocoon faisait partit de ces hommes simples mais au charme naturel et au charisme écrasant. Dès qu'il posait les yeux sur un corps féminin, celui-ci se consumait sous son regard. Certaines femmes avaient essayé de le séduire et d'autres, plus courageuses, de le marier. Mais il n'était pas celui-ci. Ce que Cocoon voulait, Cocoon l'avait et il était du genre exigeant.
Ainsi, quand ses yeux vairons rencontrèrent ceux verts de Morgana, avant de décrire petit à petit son corps de jeune femme, le mettant à nu d'un simple coup d'oeil, l'Alfar se sentit mollir. Les mains moites, les jambes chancelantes, avait-elle seulement imaginé la fièvre qui l'envahirait à ce moment là ? Non, jamais de la vie. Elle n'avait que peu de souvenirs de par sa mère, concernant cet Orisha, mais c'était déjà bien assez pour comprendre la relation qu'ils avaient. Elle devenait folle de le voir sans cesse dès qu'elle fermait les yeux, de l'entendre comme une voix dans sa tête et de subir l'image d'une étreinte qu'il eut avec sa mère. Tout cela la hantait.

Quand l'Alfar fut au centre du petit salon, il la contempla plus franchement.
    « Tu ressembles tellement à... » - « Je sais. » Coupa-t-elle, redressant son buste en s'éloignant du bras musclé du Titan « Les souvenirs. Je les ai tous. »
Cocoon resta muet. Tous ? Sans exception ? Si c'était le cas, alors il comprenait bien mieux le motif de sa présence. Morgana avait besoin de savoir, de connaître, de comprendre. C'était important pour elle d'aussi loin qu'il la connaissait. Sauf qu'ici, il ne savait pas s'il pourrait lui faire comprendre tout ce qu'elle désirait.
    « Et Drosera ? » - « J'ai échoué. Tout le monde pensait que Svana était revenue; Je ne pouvais pas y rester, le peuple m'a rejeté. Je n'ai plus d'endroit où aller... »
Cocoon s'approcha d'elle. Il fit lentement le tour, détaillant sa chute de reins avant de se poser devant elle.
    « Ici. Tu es chez toi, tu as toujours ta chambre. Et tu peux rester autant de temps que tu veux. »
La jeune femme leva les yeux vers lui. Rares étaient les moments où l'Orisha pouvait affirmer être troublé mais, ici, c'était le cas. Les yeux féminins en amandes criaient à l'identité d'une jeune fille qui avait bien grandit. Il voyait dans ses prunelles l'adolescente qu'il avait récupéré. Mais tout le reste décrivait, à s'y méprendre, une mère défunte. Lorsqu'il toucha son bras pour appuyer ses propos, elle tressaillit. Il ne lui fallut pas deux minutes pour sortir a nouveau de cette étreinte pourtant si légère. Le contact du bronzé la faisait souffrir. Un sentiment plus fort que les autres sortait, la faisant réagir parfois contre sa volonté.


Great Thief sur Epicode


Dernière édition par Cocoon le Dim 23 Déc - 17:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cocoon



Originaire depuis le : 18/12/2018
Récits contés : 3

MessageSujet: Re: Retour interdit   Retour interdit EmptySam 22 Déc - 23:09

Retour interdit
Chez Hasnna


    « Mina ? Je n'ai que du thé vert... »
Morgana leva rapidement la tête, reprenant ses esprits. Son coeur rata un battement, comme si elle avait eu peur d'être prise en flagrant délit. Repenser à son arrivée chez le Titan la mettait dans un certain malaise. Hasnna, sa soeur, se trouvait dans la cuisine, cherchant quoi lui donner à boire, mais sans succès.
    « Ce... Ce n'est pas grave ! Cela m'ira, Hasnna. »
L'Alfar devinait sans peine que la couleur de ses joues avait viré au rouge et, quelque part, elle remercia le ciel que sa petite soeur n'ait plus le don de la vue. Les muscles tendus, la silhouette droite, assise dans le canapé usé, elle regarda par la fenêtre adjacente, dans le but d'occuper autrement son imagination perturbante. En effet, les images charnelles de quelques nuits passées dans les bras du bronzé, hantaient son esprit au point, parfois, de la faire devenir folle.

Morgana avait fait tout ce chemin pour se réfugier dans la petite bicoque ou Hasnna vivait, en compagnie de son futur époux. Elle souhaitait un antre de paix, un endroit serein, où elle pourrait se reposer, se livrer, se confier. Mais il était plus que compliqué pour elle d'avouer à sa très chère soeur qu'elle avait succombé, par trois fois, aux charmes de son père. De leur père. Elle le ferait. Elle serait alors jugée, châtiée, reniée et ce serait sa punition. Ce dont elle avait finalement besoin pour se sentir coupable au point d'en payer le prix. La belle n'arrivait pas à faire le tri dans ses émotions. Elle savait qu'elle n'aurait jamais du céder à cette infâme tentation et, en même temps, elle ne souhaitait qu'une chose : y retourner. Le fait, absurde soit dit en passant, qu'elle hérite des souvenirs de sa mère n'était, en rien, une excuse. Elle devait rester maîtresse d'elle même. Pourtant, lorsqu'elle rentra à Mégido après son échec à Droséra, ce n'était que pour une chose : faire le point sur ce qu'était Cocoon pour elle.

C'était donc terriblement mal qu'elle se rendit chez la blonde. Morgana n'avait pas le sang-froid de ses pairs. Elle avait été abandonnée, tuée, puis finalement ramenée à la vie par un procédé qu'elle ignorait, dans un lieu des plus ignobles. Elle n'avait pas de vêtement, elle se trouvait à même la glace, surplombée par une cavité de pierre totalement enneigée et où la tempête et le blizzard, à quelques mètres d'elle, faisaient rage. Elle du puiser dans ses réserves, ses forces amoindries, pour trouver une once de magie qui lui restait. Ainsi, grâce à ses maigres pouvoirs et aux souvenirs de sa défunte mère, elle avait réussi à envoyer un signal à un type que cette dernière avait fréquenté récemment. Mais elle n'y croyait pas. Vivre à nouveau pour être livrée à elle-même... Elle n'avait que treize ans à l'époque, après tout. Morgana ne bougea jamais, se refroidissant d'heure en heure sans même être capable de faire un feu. Ce fut lorsqu'elle pensait abandonner, fermer les yeux pour s'endormir pour l'éternité, qu'elle vit l'homme en question pénétrer la grotte dans laquelle elle était en train de mourir, au sommet de la plus haute montagne. Le col qu'il avait bravé était connu pour être mortellement dangereux et les deux guides qui l'avaient accompagné sur une partie du trajet, avaient péris. Cocoon ne l'avait jamais laissé tombé et voilà qu'aujourd'hui, elle gâchait tout cela.
Elle était pitoyable.

Hasnna arriva avec un petit plateau où deux tasses mal conçues, trônaient. Le liquide légèrement coloré embauma une partie de la pièce ainsi que le petit espace du salon où elles se trouvaient. La blonde posa les affaires sur un guéridon adjacent, manipulant avec soin tout ce qu'elle touchait, à cause de sa cécité. Morgana, désireuse de l'aider, se leva pour attraper un verre. Mais l'anxiété alimenta la maladresse et dans un geste tremblotant, elle fit tomber la poterie médiocre dans un bruit de aigüe.
    « Oh ! Hasnna excuse moi je suis... Je suis tellement maladroite en ce moment... » - « Ce n'est rien, tu ne t'es pas fait mal Mina ? » - « Non, ne t'inquiète pas, assieds-toi donc, je vais chercher de quoi nettoyer. »
L'Alfar s'était baissée pour attraper les morceaux les plus imposants, avant d'aller chercher un nécessaire dans une petite remise sous l'escalier. La brune constata son état, ses mains légèrement tremblantes... Il fallait que cela cesse, définitivement.

A chaque fois qu'elle se retrouvait ici, qu'elle regardait dehors, qu'elle traversait le pont du moulin, c'était pour savourer chaque seconde. Comprendre qu'une vie simple était aussi très bénéfique. Mais aujourd'hui, il n'était pas question de telles fantaisies et elle s'en voulait de salir son écrin de paix avec des erreurs qu'elle regretterait toute sa vie.

Morgana avait l'estomac noué depuis qu'elle était arrivée dans le petit bourg. Elle hoquetait de surprise à chaque fois qu'on prononçait son nom ou que l'on interrompait ses pensées. Elle se trouvait telle une délinquante qui avait effectué un larcin, culpabilisant assez pour se sentir visée dès qu'une allusion à quelque chose était fait. Car à ses yeux, elle était coupable d'avoir éprouvé autant de plaisir dans les bras de celui qu'il ne fallait pas. Il y en avait des dizaines de milliers d'autres et il avait fallut qu'elle tombe dans ceux où l'étreinte y était interdite.

Les deux soeurs finirent par s'installer dans le canapé et Morgana attrapa les mains de la blonde, dans le but d'y trouver du réconfort. Hasnna était restée, de tout temps, très proche d'elle. Elles avaient vécu ensemble, puis s'étaient envoyées des lettres, jusqu'à comprendre qu'elles avaient très envie de se revoir. Il se passa, malgré tout, quelques années avant qu'elle ne puisse réellement mettre leur maigre projet en application. Comme à son habitude, Hasnna était quelqu'un d'insouciant, volubile, naïf et particulièrement bienveillant. Malgré sa perte de vue, elle remarquait certains états-d'âmes dû au changement d'atmosphère. Pour elle, ce genre de ressentit était palpable. Ainsi, elle prit une mine soucieuse, exprimant son inquiétude.
    « Je te sens agitée, ma soeur. Que se passe-t-il ? Il me semble que tu es à cran depuis que tu es arrivée hier... » - « Hasnna... Je... Je suis impardonnable. Ecoute j'ai quelque chose à te dire... » - « Impardonnable ? Allons, ne te fustige pas autant. Es-tu enceinte ? » - « Hein ? Oh ! Non, non rassure toi... Ce n'est pas ça. En réalité, je ne sais pas par où commencer... »
Hasnna tenait ses mains à son tour, les serrant. Morgana cherchait ses mots mais ils ne voulaient pas sortir. Dehors, des voix s'élevèrent et la brune vit sa soeur y prêter attention. Ainsi, elle saisie l'occasion de gagner du temps.
    « Que se passe-t-il ? » - « J'entends Zol'Hah. Il doit certainement discuter avec le voisin d'en face... Ça ne doit être rien de grave. Je t'écoute, tu devais me... »
La porte d'entrée s'ouvrit, interrompant les deux jeunes femmes et le Réprouvé baissa légèrement la tête pour passer dans le salon. Il était sale, en habits de travail et très probablement couvert de sueur dû aux travaux de força qu'il effectuait à l'extérieur. L'une des deux têtes se tourna vers lui. Mine toujours souriante, malgré son air bourru, voilà un Zol'Hah en parfaite santé.
    « Vous m'aviez pas dit que c'était la réunion de famille ! » - « La réunion de... »
Derrière le gars se découpa un homme qui le dépassait d'une bonne tête. Ses cheveux argentés étaient réunis en une coiffure catogan haute et il était habillé de ses éternels habits noirs. Dès que son regard croisa celui de Morgana, cette dernière serra les mains de sa soeur plus fort encore, par réflexe avant de déglutir. Tout, sauf ça.
    « ...famille. » - « Salut les filles. » - « PAPA ! »
Si Hasnna se jeta sur lui en manquant de se prendre un coin de meuble, Morgana resta interdite, son coeur tambourinant dans sa poitrine. C'était la dernière personne qu'elle pensait voir ici. Il venait souiller son antre de paix. Malgré ses jambes devenues mousse, elle se leva par courtoisie et fit un pas en avant. Cocoon, après une étreinte de père à sa petite fille blonde, couvrit de lui-même la distance avec l'Alfar.
    « Morgana. » - « Cocoon. »
Le Titan mit une main dans son dos, cueillant celle de la jeune femme pour s'y pencher dessus, y déposant un baiser, sans la quitter du regard. Zol'Hah, quant à lui, emmena sa femme dans la cuisine en prétextant préparer de quoi boire, certain que les deux ne l'aient, de toute façon, pas entendu.
    « Y s'passe quoi entre ton père et ta soeur ? » - « Hein ? Rien. Je crois... Pourquoi ? » - « T'as pas sentit l'ambiance ? » - « Non... Je n'ai pas fait attention... »
Zol'Hah était légèrement mal à l'aise et quand il passa discrètement la tête par la cuisine, ce fut pour voir les deux âmes discuter à voix basse. Le discours n'avait rien de calme ni d'engageant. Bien qu'il ne voyait que Morgana, cette dernière paraissait tendue, sourcils froncés, crachant quelques verbes entre ses dents serrées.
    « Y a clairement quelque chose » Zol'Hah se tenait en face de sa fiancée « Ton père t'a avertit de son arrivée ? » - « Non, il ne prévient que rarement tu sais. Et on ne sait jamais combien de temps il reste. Si ils sont là tous les deux, il va falloir leur laisser notre chambre. » - « J'crois pas qu'ce soit une bonne idée. Tu d'vrais les renvoyer chez eux va... » Hasnna prit une expression outrée « Non mais ça va pas ! Et puis quoi encore ? Je ne jetterai jamais mon père et ma soeur dehors ! Que ce soit clair. Emmène ça au salon s'il te plait. »
La petite blonde lui fourra un plat débordant de gourmandises sucrées, qu'elle savait être le péché mignon de son cher paternel.

Great Thief sur Epicode


Dernière édition par Cocoon le Dim 23 Déc - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cocoon



Originaire depuis le : 18/12/2018
Récits contés : 3

MessageSujet: Re: Retour interdit   Retour interdit EmptyDim 23 Déc - 15:51

Retour interdit
Chez Hasnna

    « Tu m'as suivis ? »
L'Orisha attrapa un des bras de la jeune femme pour la rapprocher de lui. Dès qu'Hasnna et Zol'Hah disparurent, il prit garde à n'exposer que son dos pour que seule Morgana soit témoin de son expression faciale.
    « Certainement pas. Je peux savoir ce que tu fais ici ? » - « Je suis venu voir ta fille qui est, par la même occasion, ma soeur. Si tu veux tout savoir. » Le rictus narquois vint assouplir les lèvres du géant « Tu admets enfin que tu as eu un faible pour ton père, Morgana ? » Elle repoussa avec violence le bras qui venait serrer sa taille « Ne me touche pas ! Que tu n'aies aucune morale ne me concerne en rien ! Mais ne dévie pas la mienne. » - « Tu viens me parler de morale, Morgana ? »
Il raffermit sa prise, la rapprochant de lui pour prendre clairement l'ascendant physique et psychologique. Son sourire avait disparut et l'agacement qui modelait les traits de son visage, était assez impressionnant
    « Est-ce que ta morale comprend le fait de se glisser, en pleine nuit, dans la chambre d'un homme pour lui raconter comment tu rêves qu'il te prenne toutes les nuits ? » Morgana écarquilla les yeux, avant de repousser l'Orisha « Espèce de pourriture. »
Elle était furibonde, prête à exploser. Ses chuchotements n'avaient de doux que le venin acide qui sortait de ses lèvres. Elle avait envie de l'étrangler. Cocoon, pour sa part, avait l'art de très vite relativiser. Sa relation avec Morgana fut, de tout temps, assez spéciale et, de ce fait, assez compliquée. Il ne culpabilisait pas et ne se remettait nullement en question. Si au début il se trouvait un peu malhonnête de n'avoir pu résister au corps de l'Alfar, il se défis très vite de ces pensées. Après tout, chez eux, ça se passait comme ça alors pas de quoi fouetter un chat. Mais Morgana ne l'entendait pas de cette oreille. Ils s'étaient quittés en assez mauvais termes, tourmentés tous les deux. Ici, on ne pouvait que affirmer le froid polaire qui les désunissait.

Il fallut que Zol'Hah revienne pour qu'ils se séparent.
    « Quelle bonne surprise d'avoir la famille Sforza au complet. » Il posa l'assiette et sortit plusieurs verres « C'est à croire que vous vous êtes donnés rendez-vous haha ! Je vais devoir vous laisser, j'ai encore beaucoup de travail et je dois changer les vaches de pré. A tout à l'heure. » - « Comme quoi, les imprévus sont amusants. »
Son sourire était faux mais particulièrement charmant. Quelque chose qu'elle avait gardé de sa race d'Elfes Noirs visiblement.
    « Nous ne te retardons pas plus Zol'Hah, à tout à l'heure. » - « A plus tard, gamin. »
Le Réprouvé fit un signe de tête et remit son fichu, avant de quitter les lieux. Hasnna, quant à elle, revint avec de quoi boire. La brune alla chercher les deux tasses sur le guéridon pour les porter sur la table commune.

Au dehors, on pouvait entendre les animaux de basse-cours, les ouvriers dans les champs et les chariots sur les chemins de terre et les ponts de pierres. Il y avait de la vie, de l'animation, du soleil, du travail et des rires. Tout le contraire du salon dans lequel se trouvaient les Sforza.
Hasnna parlait de ses journées et de ses loisirs, Cocoon l'écoutait distraitement, sans cesser de regarder Morgana du coin de l'oeil et, celle-ci, répondait à sa soeur en ignorant royalement la présence du bronzé. Pourtant, l'ambiance pesante et lourde qui régnait n'arrivait pas à se dissiper. Il fallut que la petite blonde entende le coucou du salon pour réagir.
    « Oh, il est déjà si tard ! Combien de temps restez vous tous les deux ? Il me faut aller au marché demain pour avoir assez à manger dans les prochains jours. » - « Quelques jours, tout au plus. Je viendrai avec toi demain matin. » - « Je dois m'en aller ce soir, ne te dérange pas pour moi. » - « Quoi ? Déjà ? Mais ça ne fait que deux jours que tu es là Morgana... » - « Ca fait des années que je ne t'ai pas vu, je serai enchanté que tu restes ici même si ce n'est que le temps de mon propre séjour. »
L'Alfar le fusilla du regard, redressant le menton comme pour ne pas perdre la face. Elle était délicieuse et le demi-sourire qui s'afficha sur les lèvres de Cocoon le lui fit comprendre.
    « Je reste pour la nuit. Je verrai ensuite la date de mon départ mais n'espérait pas que je m'installe ici plus que quelques jours. »
Hasnna ne capta pas réellement la dureté qu'il y avait dans le ton de la brune. Cette dernière, ainsi que le Titan, n'avaient cessé de se regarder pendant cette conversation. Si l'un restait tranquille sur sa chaise, les bas croisés, l'autre se tenait droite comme un i au bord de l'assise, prête à déguerpir s'il l'avait fallut.
    « Zol'Hah et moi vous préparerons la chambre quand il reviendra. » - « Chambre ? Quelle chambre ? » Cocoon la regarda alors qu'elle se levait « La banquette a un problème ? » - « Oh ! Non, non... Mais vous ne venez pas souvent alors nous avons pensé vous laisser notre lit, pour plus de confort. Et puis toi papa, tu es habitué à quelque chose de grand après tout. Je suis un peu honteuse de te faire dormir n'importe comment. Zol'Hah a l'habitude pour sa part, ne t'inquiète pas. Si demain je trouve quelque chose d'utile au marché, je l'achèterai. J'aimerai bien avoir un lit d'appoint pour vos visites ! »
Cocoon adorait Hasnna. Toujours pleine de vie et d'optimisme mais, en passant, il se demanda si Morgana avait lâché quoi que ce soit les concernant. Et vu l'état dans lequel elle se mit, il considéra que non.
    « Comment ? » L'Alfar se redressa d'un coup « Non Hasnna, tu ne vas pas négliger ton confort comme cela. Je propose que les hommes dorment en bas et que nous dormions toutes les deux. Nous avons tant à nous dire et si peu de temps. » La blonde entortilla ses doigts entre eux, gênée « Tu... Tu as toujours le problème ? Il... Tu sais... Il n'y a que papa qui puisse dormir avec toi... » Morgana se rassit, dépitée « Ah... Ah oui j'ai toujours le... problème. Bon... Je... » - « On verra ce soir ma Reine. » - « Bien... Comme vous souhaitez... »
Hasnna partit dans la cuisine alors que Morgana se leva pour retourner sur le canapé, attrapant un livre sur son chemin qu'elle ouvrit une fois assise. Le bronzé la laissa tranquille, s'approchant de la blonde en premier lieu. Lorsqu'il entra dans la cuisine, il vit Hasnna le visage fourré dans ses mains, des larmes imbibants ses joues. Le sang de l'Orisha ne fit qu'un tour et il se jeta sur elle pour la prendre contre lui
    « Hasnna ? Que se passe-t-il ? » - « Je... J'ai trop honte papa... Je... peux pas te le dire... » - « Viens avec moi. »
Il ne lui laissa pas vraiment le choix. Comme sa petite fille, il la porta contre lui sans effort, traversant une partie du salon pour se diriger à l'extérieur. La nuit était presque là et commençait à noircir les chemins. Les maisons allumaient les lampes à huile et cheminées. Ils ne croisèrent pas Zol'Hah en allant dans un petit carré de terre à côté où le Réprouvé avait fabriqué un banc pour sa belle sous un magnifique peuplier. Cocoon déposa sa fille sur l'assise avant de se flanquer à ses côtés.
    « Je suis là ma Reine... Dis moi ce qui ne va pas. Zol'Hah te violente ? » - « Non papa... Non non... Je... Je ne suis tellement pas fière de moi je... Je crois que... » - « Prends ton temps... Respire... » Elle attrapa la main de son père, alors qu'elle pleurait à chaudes larmes « Je ne peux pas faire d'enfant. » - « Quoi ? »
Cocoon avait répondu instantanément mais tout en lui s'était figé. De quoi parlait-elle ? Elle avait à peine vingt ans ! Si pour l'époque c'était déjà âgé, pour lui c'était beaucoup trop jeune. Le fait qu'Hasnna se remette à pleurer le ramena sur Terre.
    « Hasnna attend... Pourquoi dis tu ça ? Comment le sais-tu ? »
Il en connaissait un qui allait se faire défoncer. Il avait touché sa fille avant son aval et bien que ce soit un risque à prendre en vivant avec elle, Cocoon ne pouvait se dire que le môme qui avait tant prit soin d'elle, avait décidé de la posséder. Lui, ça aurait fait un moment qu'il aurait tenté sa chance mais Zol'Hah était tout son contraire.
    « Et bhe... Avec Zol'Hah on n'arrête pas de s'embrasser, le soir dans le lit et mon ventre grossit jamais... Oh Papa je suis tellement désolée... »
Il y eut quelques secondes de flottement où rien ne se passa, avant que le rire du Titan ne retentisse dans une bonne partie de la vallée. Hasnna cessa ses pleurs, demandant ce qu'il lui arrivait mais il fallut quelques minutes au bronzé pour s'arrêter.
    « Hasnna ma Reine, je t'en prie, ne grandit jamais... » Il baisa son petit front sous les interrogations de sa fille « Sois patiente, ça viendra. Tu n'es pas dans l'incapacité de faire des enfants, Zol'Hah te le prouvera. Attend un peu, ça n'en sera que meilleur... » - « Alors tu n'es pas en colère ? » - « Jamais, ma fille. »

Great Thief sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Retour interdit   Retour interdit Empty

Revenir en haut Aller en bas

Retour interdit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Interdit aux moins de 18 ans
» La forteresse du Val sans Retour
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Pensionnat Interdit
» Ambassade Américaine le retour de Duvalier et Aristide n'apporterait rien utile
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Anathorey :: Centre ville
-